Chroniques - livres

Chronique – Quand nos souvenirs viendront danser, Virginie Grimaldi

C’est toute émue que je reviens aujourd’hui pour vous parler de ma dernière lecture terminée à l’instant. Et oui, j’ai déjà fini le dernier roman de Virginie Grimaldi. Précommandé le 30 Avril, il est arrivé dans ma boîte aux lettres hier et a été dévoré entre hier et aujourd’hui. Je lis rarement un livre en deux jours… mais ce petit bijou en valait la peine. Vraiment.

59550946_353348798639035_2359062494439276544_n.jpg

Résumé : « Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins non clôturés.
Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé, nos souvenirs sont accrochés aux murs et nous ne nous adressons la parole qu’en cas de nécessité absolue. Nous ne sommes plus que six : Anatole, Joséphine, Marius, Rosalie, Gustave et moi, Marceline. Quand le maire annonce qu’il va raser l’impasse – nos maisons, nos mémoires, nos vies –, nous oublions le passé pour nous allier et nous battre. Tous les coups sont permis : nous n’avons plus rien à perdre, et c’est plus excitant qu’une sieste devant Motus. » À travers le récit de leur combat et une plongée dans ses souvenirs, Marceline raconte une magnifique histoire d’amour, les secrets de toute une famille et la force des liens qui tissent une amitié.

 

Avis : Comme je vous l’ai dit plus haut, j’attendais le dernier roman de Virginie Grimaldi avec une impatience non dissimulée. Elle est devenue l’une de mes auteurs favorites en seulement deux ans. J’aime sa manière de manier les mots et les intrigues, cette manière de nous faire comprendre des choses si essentielles. Ses romans sont tous des hymnes à la vie, une sorte de Carpe Diem géant.

Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Tu comprendras quand tu seras plus grande en voyant la quatrième de couverture du roman. En effet, les thèmes de la vieillesse et de la fin de vie y sont abordés. Mais finalement, ce n’est pas tant la fin de vie que la vie tout court qui a la plus grande place dans ce roman. On voit ces personnages qui, jeunes, ont emménagé dans une impasse dans laquelle ils pensaient y passer leur vie. On voit ces souvenirs se créer peu à peu et la tapisserie de leurs vies se tisser grâce à la plume de Marceline. Quel bonheur de découvrir ces personnages totalement déjantés et plein d’humour qui n’ont cessé de me faire sourire tout au long de ces pages parcourues avec plaisir.

J’ai beaucoup de mal à trouver les mots pour vous dire à quel point je vous conseille de lire ce merveilleux roman qui m’a émue jusqu’aux larmes. C’est une petite pépite qu’il est bon de savourer et de chérir.

2 commentaires sur “Chronique – Quand nos souvenirs viendront danser, Virginie Grimaldi

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s